« Journée internationale de l’enfance »

La Turquie et les factions de l’opposition ont tué et blessé 341 enfants et en ont arrêté 108 dans la regions d Afrin occuppee par la Turquie.

“Le Centre de documentation des violations du nord de la Syrie” a déclaré avoir documenté la mort de 198 enfants et les blessures de 309 depuis le début de l’incursion et de l’attaque turques contre la ville d’Afrin le 20 janvier 2018, et la campagne militaire à l’est de l’Euphrate. du 9 octobre 2019 au 20 novembre de cette année 2021.

C’est ce qui ressort d’un rapport publié par le Centre à l’occasion de la Journée internationale de l’enfance, qui tombe le 20 novembre de chaque année. Le rapport a notamment documenté le meurtre de 96 enfants de moins de 16 ans par la gendarmerie turque à la frontière syrienne, qui étaient accompagnés de leurs familles et souhaitaient se réfugier en Turquie fuyant les combats dans leur pays depuis 8 ans, en plus de la mort de 67 femmes sur les 511 réfugiés  fuyant vers la frontière turquetués depuis mars 2011 et 19 enfants ont été tués lors de l’attaque turque sur la ville d’Afrin Et 35 blessés, dont des cas d’amputation de membres, en plus de la mort de 25 enfants dans les bombardements turcs des zones de Tal Abyad et Ras al-Ain dans le nord-est de la Syrie, et 42 blessés. Un enfant a été tué dans le bombardement turc de la ville de Tal Rifaat dans la campagne d’Alep et 15 ont été blessés, en plus du meurtre d’enfants dans les bombardements visant des zones sous contrôle turc dans le nord de la Syrie et des enfants qui ont été tués comme résultat des combats qui se deroulaient entre les  factions affiliées à la Turquie.

Le centre a également documenté le mariage forcé de 43 filles aux membredes factions armées dans la région d’Afrin après avoir menacé et extorsé leurs familles par les milices. ainsi que 5 cas de mariage forcé dont 3 de moins de 18 ans dans la ville de Jarablus et 4 dans des villes de Azaz et Al-Bab.

Il a également documenté que 22 femmes ont été violées dont 3 avaient moins de 18 ans par les dirigeants et les membres des factions affiliées à la Turquie. Trois cas ont été signalés officiellement. 7 cas de meurtres ont été documentés sous prétexte de « crime d’honneur » dont 4 par les chefs des milices pro-turques \ faction Al-Amshat, division Al-Hamza.

Leave a Reply

Your email address will not be published.