Les chefs de la milice armée «l’armée nationale syrienne» kidnappent des citoyens kurdes dans le but d’extorsion matérielle, de collecter des rançons ou de les menacer de se rendre aux services de renseignement turcs.
Premièrement – Des agents de la sécurité politique présents au point de contrôle de Mahmoudiya le mardi 16/03/2021 ont enlevé deux citoyens kurdes résidant dans la ville d’Afrin, et ils sont:
1 _ Khalil Muhammad, du village de Jaqla.
2 _ Amin Shabu, du village d’Alcana.
Alors qu’ils allaient travailler à nettoyer les oliviers, ils ont été emmenés au siège de la sécurité dans l’imprimerie pour enquête, puis ils ont été libérés après qu’il a été constaté qu’ils étaient des travailleurs et qu’ils n’avaient pas l’argent (travailleurs avec un loyer quotidien).
Deuxièmement – Des membres de la milice Hamzat qui contrôlent le village de Juqa _ le centre-ville d’Afrin, le lundi 15 mars 2021, ont enlevé un certain nombre de citoyens kurdes, y compris un citoyen de la composante arabe, sous l’accusation de s’occuper de la l’administration précédente et les emmener au quartier général de la sécurité aux fins d’extorsion matérielle et de collecte de rançon Pour leur libération, ils sont tous:
1 _ Mustafa Kamal Saeed, alias Kamal Ashouna
2 _ Kamal Wahhab Saeed, surnommé la famille Ashona
3 _ Ismail Aliwi, surnommé Tati, votre signe
4 _ Muhammad Qasim 50 ans, surnommé la famille Senk
5 _ Joan Osman Karra, connue sous le nom de Musa Tobak
6 _ Basil Hassan Musa, de la composante arabe.

Troisièmement – Le soi-disant Abu Al-Zahr (de la ville de Sher Maghar – rural Hama), le chef de la milice du Majd Corps, qui contrôlait le village de Kela – district de Bulbul, le dimanche 14 mars/2021
Sur la convocation d’un certain nombre d’habitants du village et les accusant d’appartenir aux partis kurdes sur la base de vieilles photos publiées en 2012 sur le réseau social «Facebook» alors qu’il participait aux activités de la révolution syrienne réclamant la liberté et la dignité dans le centre du district de Rajo et Afrin lors de la manifestation contre le régime syrien, levant le drapeau kurde, les menaçant d’emprisonnement ou les remettant aux services de renseignement turcs en cas de non-paiement d’espèces (la rançon) et réglant leur statut auprès des autorités responsables _ sécurité politique et les renseignements turcs _ et en raison des conditions économiques difficiles (misérables) des citoyens qui ont été convoqués, ils n’ont pas pu obtenir les sommes Montant estimé requis d’environ 5000 à 7000 USD.
Organisation des droits de l’homme à Afrin
16/03/2021

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *