Les bergers et les hommes armés sont protégés par les forces d’occupation turques
Jour après jour, le racisme, la haine et la férocité augmentent dans la région d’Afrin de la part des éléments de la milice armée et des colons supportes de la force de l’arme d’occupation turque.
Premièrement – dans la petite ville de Midan Akbas un des colons “Shadi” a attaqué le mercredi 10/03/2021, la cytoienne Amina Mustafa Omar, 43 ans, du village de Kousa (Al-Midaniyat), district de Rajo. Il l’a frappée avec la chaise alors qu’elle traversait la rue après une querelle en raison de sa demande de reprendre le magasin de son frère que le colon occupe pour vendre et réparer les smartphones , elle a déposé une plainte contre lui devant le soi-disant «Comité de retour des droits et des griefs». Le 06/03/2021.
C’est pourquoi la citoyenne a appelé à soumettre une deuxième fois la plainte aux forces d’occupation turques, qui ont renvoyé l’affaire à la police militaire et qui ont à leur tour rendu compte au comité une deuxième fois. Par conséquent, la plainte reste pendante devant le comité en vain jusqu’à présent. A noter que le nombre de plaintes enregistrées auprès du comité lors de la visite est d’environ 12 cas.
Deuxièmement – La police militaire du centre du district de Rajo, le mardi 03/09/2021, a infligé une amende de 2000 lires turques à Fatima Muhammad, surnommée (Umm Muhammad) du village de Kulya _ district de Raju, pour avoir élevé du bétail sur des terres agricole appartenant À son frère, l’immigrant Shams al-Din Muhammad selon les décisions et circulaires émises par les conseils locaux et la chambre d’agriculture de la ville d’Afrin, sachant que les colons font paître leur bétail sur les terres des autochtones kurdes qui sont présents sans dissuasion ni responsabilité. Le 03/09/2021, nous avons évoqué le soi-disant Fadi Al-Batran, le chef de la milice Hamzat, et ses proches qui ont agressé Ali Hasso, un homme de 70 ans du village de Kafr Zeit, et l’ont insulté parce que de sa demande de retirer le bétail de son champ.
En plus des agents de sécurité affiliés à la milice Ahrar al-Sham, basés dans le village d’Atmana, ont sévèrement battu le fils d’un citoyen Fatima, ont saisi sa moto et lui ont infligé une amende de 1 million de livres syriennes sans aucune loi ni justification, et le menaçant s’il informe les autorités concernées et ce qu’on appelle «le Comité pour la Restitution des Droits et des Doléances».
Organisation des droits de l’homme à Afrin
11/03/2021

Leave a Reply

Your email address will not be published.