Les violations de l’occupation turque et de ses factions affiliées dans la région d’Afrin occupée sous diverses formes
Travaux de balayage à proximité de l’amphithéâtre romain du site de Nabi Hori (cyrrhus).
Les autorités d’occupation turques et les factions armées syriennes qui lui sont affiliées continuent de violer et d’empiéter les monuments des sites archéologiques de la région kurde d’Afrin, dans le but de changer l’identité historique d’Afrin et de voler des antiquités et des découvertes de valeur.
Le vendredi 26 février 2021, des sources locales ont rapporté que des groupes militaires des factions armées affiliées à l’occupation turque, au cours des jours précédents, ont repris les opérations de démolition autour de «l’amphithéâtre romain» sur le site de Nabi Hori dans le sous-district de Sharan en Campagne d’Afrin.
Selon les sources, les militants ont rasé le sol entourant l emphitheatre avec des engins lourds, à la recherche de découvertes archéologiques, sous les yeus des autorités d’occupation turques.
Le site du Nbi Hori a été précédemment soumis à des fouilles par les factions armées à la recherche d’antiquités. le vol systématique et le pillage des antiquités d’Afrin se poursuivent et des sources documentées ont confirmé que les factions turques ont rautorise le travail des fouilleurs d’antiquités d’Afrin en échange d’énormes sommes d’argent.
Les sources ont rapporté que des artefacts ont été trouvés sur le site Nabi Hori ou (Cyrus) qui remontent à plusieurs civilisations anciennes, dont les plus anciennes datent de la période hellénistique vers 280 avant JC, et ont été volés, et ils ont utilisé des machines pour creuser et des équipements sophistiqués pour découvrir l’emplacement de ces pièces Archéologie.
les sources ont déclaré que les prospecteurs ont trouvé des panneaux de mosaïque qui ont été introduits clandestinement en Turquie par l’intermédiaire de marchands qui profitaient des aides speciales des forces d’occupation turques et des factions de contrôle.

Des militants armés de l’opposition vendent des armes et des objets volés à Afrin sur le groupe Telegram
Les militants de l’opposition syrienne, fidèles à la Turquie, vendent des armes et des objets volés dans la ville d’Afrin via les réseaux sociaux malgré la formation d’un comité par les forces d’occupation turques dans le but de mettre un terme aux violations et aux vols dans la région.
Les forces d’occupation turques ont formé un comité militaire appelé “Comité de restitution des droits et des griefs” à Afrin à la fin du mois d’août dernier, après l’augmentation des plaintes contre les militants de “l’Armée nationale syrienne”. Cependant, les citoyens d’Afrin l ont décrit en tant que «comité de formalité dont le but est uniquement mediatique».
Le site Internet de Yazdina à Afrin a rapporté que les militants dits “de l’Armée nationale syrienne” vendent les objets volés et les objets qu’ils saisissent au domicile des civils qu’ils arrêtent à Afrin, via une salle spéciale du programme “Telegram” appelée “Afrin Trade City. “
La source a ajouté que tous les types d’armes sont vendus à ce groupe, en plus des objets volés dans la zone, “appareils électroménagers, chambres à coucher, outils électriques, etc.”
La source a souligné que les hommes armés de l ‘”Armée nationale syrienne” fouillent les maisons de civils kidnappes arbitrairement, pour voler leur argent, leurs biens e, et confisquer les armes s’ils y en a, en plus de percevoir des redevances et des sommes. d’argent en échange de leur libération ultérieure.
Les factions armées ont confisqué toutes les armes au domicile des civils alors qu’elles entraient dans la région d’Afrin accompagnées par les forces d’occupation turques en 2018 sous prétexte de mettre fin au phénomène de prolifération des armes parmi les civils de la région.
Il convient de noter que les factions armées syriennes de l’opposition ont systématiquement l’intention de commettre des violatins contre les civils à Afrin par divers moyens comme enlèvements et des intimidations, et la demande de rançons qui pouvant aller jusqu’à trois mille dollars américains. Cela a été confirmé par le rapport de la Commission d’enquête internationale indépendante sur la Syrie publié le 15 septembre 2020, en plus de nombreux documents et rapports officiels et non officiels publiés par des organisations civiles internationales de défense des droits humains telles qu’Amnesty International, qui confirment tous l’événement et la commission de ces crimes et pratiques.

Dans une nouvelle tension … «Al-Shamiya» se mobilise dans la ville d’Afrin et déploie des armes lourdes
La faction «Al-Shamiya» de l’occupation turque a déployé aujourd’hui, dimanche soir, des armes lourdes dans le centre de la ville occupée d’Afrin, parallèlement à la mise en place de points de contrôle pour vérifier l’identité des passants afin d’arrêter les militants des factions alliées encontre.
Selon le site Internet d’Afrin Post, la faction a déployé des points de contrôle dans les ronds-points Qabban et Kawa dans le centre d’Afrin, au milieu de l’envoi de véhicules Dushka à proximité des deux ronds-points, et a lancé une campagne pour vérifier l’identité des passants. Ces points de contrôle ont délibérément enlevé les hommes armés, en particulier s’ils appartenaient à la faction Amshat, Hamzat, Milkshah et Sultan Murad, car ils ont conclu une seule alliance dans le but d’exclure la faction “Shamiya” de l’arène.
Dans l’un des quartiers généraux de la faction «Ahrar al-Sharqiya», près du rond-point de Marati, dans la partie ouest de la ville, une réunion a eu lieu avec les dirigeants de la faction «Al Shamiya» pour discuter de la manière d’affronter la coalition formée par les Turkmènes. factions fidèles à la Turquie.
Hier matin, le centre-ville d’Afrin a été témoin d’une grande alerte de sécurité de la part des factions de la soi-disant armée nationale syrienne de l’occupation turque, alors que des éléments armés se propageaient à l’intérieur de la ville et que ses entrées étaient fermées aux points de contrôle, après l’annonce d’un vaste campagne de sécurité menée par le soi-disant «ministère de la Défense». Selon sa déclaration, le gouvernement intérimaire «doit extirper les« cellules terroristes »et combattre les corrompus.

Organisation des droits de l’homme Afrin – Syrie

Leave a Reply

Your email address will not be published.