Ouverture d’un bureau d’expédition et d’un restaurant par le soi-disant Abu Amsha à “Reyhanli”, Turquie, suite à l’imposition d’énormes redevances, taxes, pillages et vols de propriétés kurdes dans Afrin occupée.

Au prix de 150000 lires turques et 50000 dollars américains, Muhammad al-Jasim Abu Amsha, chef de la faction Sultan Suleiman Shah al-Amshat, annonce l’ouverture d’un bureau d’expédition et d’un restaurant derrière Al-Adliya à Reyhanli, la Céramique Rond-point, Turquie, et que le soi-disant «Abu Amsha», dont le nom est associé aux crimes et violations les plus intenses à Afrin.
Muhammad al-Jasim, surnommé «Abu Amsha», qui dirige une faction appelée «Brigade Sultan Suleiman Shah» affiliée à la Turquie et parfois appelée «Al-Amshat», est originaire d’un village de la région de «Suqaylabiyah» dans le campagne de la province de Hama au centre de la Syrie. Les pires crimes et violations graves dans la région occupée d’Afrin.
Le soi-disant «Abou Amsha» est un membre de la minorité turkmène en Syrie, et la faction susmentionnée contrôle la zone de «Cheikh al-Hadid» à Afrin depuis l’attaque lancée par les forces turques et les factions syriennes qui leur sont fidèles le cette zone au début de 2018, et avant qu’Abu Amsha ne dirige la «faction» de la brigade, le sultan Suleiman Shah, «utilisé pour la contrebande de carburant diesel» ou «diesel».
Muhammad al-Jasem, surnommé «Abu Amsha», avait précédemment tué le chef adjoint du conseil local «Sheikh al-Hadid», Ahmad Sheikho, après l’avoir torturé de manière brutale.
Les crimes et violations commis par Muhammad al-Jasim sont variés, comme l’épouse de l’un de ses hommes armés, Israa Khalil, avait précédemment révélé, dans un clip vidéo largement diffusé, que «Abu Amsha» l’avait violée à plusieurs reprises.
Depuis que sa faction a pris le contrôle du district chiite à Afrin, Abu Amsha et ses hommes armés n’hésitent pas à piller, voler et voler les maisons et les propriétés des citoyens kurdes.
En outre, Muhammad al-Jasim et ses hommes armés ont précédemment enlevé des centaines de personnes et les ont brutalement torturés, puis ont imposé d’énormes «redevances» à leurs familles en échange de leur libération, en plus d’imposer des «taxes» exorbitantes aux paysans kurdes par la force bras.

Organisation des droits de l’homme Afrin – Syrie

Leave a Reply

Your email address will not be published.