La diffusion de la pensée religieuse extrémiste est la dimension la plus profonde de l’occupation turque d’Afrin, qui a une majorité kurde, dans un effort pour changer l’identité historique de la région … et superviser l’ouverture d’une mosquée dans le village d’Arab Wiran, dans la banlieue est d’Afrin occupée par la dotation religieuse turque

L’occupation turque, par le biais d’organisations et d’institutions religieuses extrémistes affiliées aux Frères musulmans et financées par les États du Koweït et du Qatar, cherche à répandre la pensée religieuse extrémiste dans Afrin occupée en organisant des cours religieux par ces organisations dans des mosquées et des mosquées pour les mineurs ainsi que pour les femmes et en les attirant avec des cadeaux et d’autres moyens pour faciliter la diffusion de leur idéologie extrémiste Et en combattant d’autres religions à Afrin, comme les Yézidis et les Alevis, en les harcelant, en les kidnappant, en les arrêtant, en détruisant leur sanctuaire, en les forçant à quitter leur religion et en construisant des mosquées dans des villages yézidis tels que Basufan, les accusant de blasphème et d’athéisme, ainsi qu’en imposant la langue turque dans les programmes scolaires, en excluant la langue kurde des sites archéologiques répertoriés, en excluant la langue kurde des sites archéologiques répertoriés, Liste de l’UNESCO tels que (le site de Nabi Hori ou Cyrus, Cyrus) et d’autres sites archéologiques qui ont été volés et passés en contrebande en Turquie, et ces étapes s’inscrivent dans le cadre du changement démographique à Afrin que les autorités d’occupation turques cherchent à les appliquer sur le terrain par tous les moyens et à effacer l’identité culturelle historique qui s’étend à des milliers de personnes. Années pour la région par étapes de temps.
Dans ce contexte, les médias sociaux affiliés à l’occupation turque ont rapporté dans le passé que la fondation “Fraternité sans frontières”, issue de la confrérie, avait organisé des cours de religion, des séminaires et des conférences dans la ville de Mabatli. Le 24/07/2020, elle a annoncé un cours (Fondamentaux en sciences de la charia) d’une durée de 4 mois, dont chacun comprend 6 cours, et le cours est destiné aux femmes qui font des prédicateurs, qui sont des colons venant d’autres régions syriennes, et le programme du cours comprenait: (croyance, interprétation, hadith, jurisprudence , Biographie et histoire, syntaxe et morphologie). Et c’est après avoir terminé le cours «Transactions financières» le 2/7/2020 en collaboration avec l’équipe «To Know», dans la ville de Maabatli, qui a duré 6 mois.


La Fondation a précédemment organisé un cours sur le «statut personnel» et un cours précédent intitulé «Le rôle des femmes dans les sociétés contemporaines», avec la participation d’un certain nombre de femmes déplacées de la Ghouta orientale, qui s’est achevé le 15 décembre 2018.
Dans le cadre d’un projet intitulé «Ma prière», un cours spécial a été consacré aux enfants de la tranche d’âge (9-15 ans). Yasser Abu Kusha, directeur de «Fraternité sans frontières», a déclaré que le projet vise à connecter les enfants aux mosquées et à les mettre en relation avec leurs parents en les accompagnant pour les prières du Fajr et Isha. Il prolonge désormais sa septième étape avec près de 2500 enfants de différents villages en comptant tous les 40 jours une nouvelle zone dans les deux zones (Bouclier de l’Euphrate et Olive Branch), et dans la septième phase, seuls 450 enfants de cinq mosquées distinctes ont participé. Il a ajouté que le projet propose des projets pour les non-enfants qui ciblent les femmes kurdes et arabes et des moyens de les intégrer, et d’établir et de maintenir la communication entre les deux parties.


L’occupation militaire est la forme extérieure, qui est le cadre extérieur de l’environnement et de la vie, et bien qu’elle soit très épuisante et étouffante, la dimension la plus profonde de l’occupation, car elle cible la situation culturelle et sociale et a des effets à long terme, ce que visent les autorités d’Ankara en diffusant une pensée religieuse radicale dans la région occupée d’Afrin, Il s’agit d’une mission confiée aux institutions officielles turques ainsi qu’aux organisations financées par les associations organisatrices des Frères musulmans au Qatar et au Koweït et à leur siège à Istanbul et à Gaziantep et comprend des dizaines d’associations et d’institutions, qui se définissent comme des activités de secours et de bienfaisance, mais elles accomplissent un certain nombre de tâches telles que la pénétration intellectuelle et la mise en relation de la population, en particulier des colons grâce à l’aide. Et l’achèvement des données statistiques au profit des renseignements turcs.


Parmi les institutions turques opérant à Afrin:
La dotation turque de l’Autorité turque des affaires religieuses «Diyanet», qui a récemment lancé, par l’intermédiaire de son coordinateur turc, «Muhammad al-Antakli», un projet de construction d’une mosquée dans le village de Qastal Miqdad dans le district de Bulbul / Bulbul en coordination avec le conseil local du district de Bulbul / Bulbul, qui a obtenu un terrain Terrain pour construire la mosquée. La dotation turque a changé les imams des mosquées dans les villages et villes d’Afrin, isolant les imams kurdes et nommant des imams à leur place des colons, et la dotation supervise directement le discours religieux.


L’Organisation turque de secours, İHH, a été l’une des premières institutions à entrer à Afrin après son occupation, et c’est l’agence de financement pour la construction de la mosquée Al-Dakheerin à Afrin.
L’Agence turque en cas de catastrophe et d’urgence (AFAD), le gouvernement, a été l’une des premières institutions turques à entrer à Afrin et a représenté l’aspect cosmétique de l’occupation en distribuant des plats préparés. Et j’ai travaillé en coopération avec le Croissant-Rouge turc.
Sadaqa Tashi: Une association turque qui a introduit une boulangerie mobile à Afrin immédiatement après son occupation.
Le mouvement caritatif turc Yiswi, qui a ouvert une école dans le village de Marimin le 24/9/2018 et a ouvert un orphelinat dans le village de Kutana / Kotanli, en coopération avec la “Solidarité Euphrate”,
Il existe d’autres institutions telles que le Forum d’aide humanitaire à anlıurfa et «Denise Fenri».

Les sociétés de fraternité les plus importantes:
L’association qatari Ataa sans frontières: Elle a distribué une aide exclusive aux colons venant de Ghouta, Homs et Deir Ezzor, et a fourni à chaque famille une somme de cinquante dollars, pour les encourager à s’installer. Il fournit périodiquement des paniers de nourriture aux colons
Le système du Qatar pour redonner espoir aux veuves: L’Afrin Post a publié le 7/2/2019 qu’il travaille sur un programme pour encourager le mariage avec les veuves, en allant dans des camps, en publiant des brochures et en préparant des listes de ceux qui souhaitent épouser des veuves. En vertu de laquelle le demandeur d’épouser une veuve recevra un montant de 3000 dollars, et il est possible d’allouer un salaire mensuel pour une veuve, (200 dollars).


Vivre dans la dignité pour 48 Palestiniens: une association avec les tendances fraternelles, qui a été active à Afrin, et a saisi des terres agricoles dans le village de Tal Tawil, affilié au district d’Afrin, afin d’y construire une mosquée.
White Hands: Une association qui a obtenu une licence pour travailler en Turquie et a établi son bureau à Istanbul le 27/02/2013 et a obtenu une licence pour le bureau d’Antakya le 24/09/2014, concernée par la mise en œuvre de projets et le suivi de la situation en raison de sa proximité avec la frontière syro-turque.
Association Abdullah Al-Nouri: Une association de la Fraternité koweïtienne, qui était active en tant que centre de transfert de fonds en provenance du Qatar et les envoyait aux succursales de l’organisation dans la région, et elle a financé la construction de l’école «Afrin». L’association a également financé la création du SEMA Center for Professional Health Education.
L’Association Abdullah Nuri finance un certain nombre de projets dans la région d’Afrin, tandis que l’Association des Mains Blanches supervise la mise en œuvre, notamment: le projet de restauration de l’école Qatma, la construction de l’école Imam Al-Khatib et de l’école Koweït Al-Khair à Jandrees, la mosquée Al-Dhaherin à Afrin et l’école Afrin sur le site de l’ancienne Fédération Yezidi.
Le Caucus de la jeunesse turkmène: Le 3/2/2019, en coopération avec l’Association Yiswi, une école primaire a été ouverte dans le village de Bibaka dans le sous-district de Bulbul / Bulbul, pour attirer les enfants des colons et leur enseigner là-bas. Environ une semaine après l’ouverture d’un institut religieux «Al-Fateh Al-Mobin» dans le village de Kurzeli / Kerziel. À Afrin, l’école Imam al-Khatib «Pasha Karaja» a été ouverte, et il a également effectué des tests de qualification religieuse au nom du «Concours coranique Bulbul» dans les instituts du sous-district de Bulbul et ses villages sur une période de deux jours 15-16 / 8/2020, et selon leurs dires, plus de 120 étudiants ont passé les examens dans les mosquées. La région et leurs activités se poursuivent encore à ce jour.
Al-Bunyan Al-Marsous: une association de Fraternité basée à Istanbul, qui a récemment lancé un projet de construction de la mosquée «Al-Nur» dans le village de Bilan dans le district de Bulbul avec le soutien de la dotation turque. Le terrain a été sécurisé en saisissant les terres de citoyens kurdes déplacés de force.
La société civile syrienne «Jeunesse de Huda», qui travaille dans le domaine des activités et cours religieux, ciblant les adolescents et les enfants.
Après son occupation des régions du nord de la Syrie, Ankara a délibérément promu le slogan «La Fraternité n’a pas de frontières» et visait à renforcer la loyauté religieuse aux dépens de l’appartenance nationale. En tant qu’État du califat islamique, il les a progressivement transformés en mercenaires et en escouades mobiles qui les ont poussés dans leurs batailles en Syrie et en Libye.

Dans un contexte connexe, selon l’Organisation des droits de l’homme à Afrin, la mosquée Mahmoud a été inaugurée dans le village arabe Wiran du sous-district de Sharran dans la campagne occupée d’Afrin le vendredi à onze heures de l’après-midi le 25/12/2020 sous la supervision du coordonnateur de la dotation religieuse turque et en présence du mufti d’Afrin, Cheikh Salah Rasho Et le mufti du district de Sharan, Sheikh Khader Khader, et un groupe de chefs des factions armées syriennes fidèles à l’occupation turque, mais ce qui a attiré l’attention, c’est la levée du drapeau turc à l’intérieur de la mosquée à côté du drapeau de la révolution, notant que la mosquée a été construite aux dépens du Centre Al Mahmoud pour l’action humanitaire et l’a considérée comme une œuvre caritative permanente et Accorder la terre comme une œuvre de charité permanente pour l’âme de feu Muhammad Duran Majeed.

Organisation des droits de l’homme Afrin – Syrie

Leave a Reply

Your email address will not be published.