La faction ” Faylaq Al Sham Al Islami” offre des témoignages forcés des habitants du village yézidi de Basufan aux États et aux organisations de défense des droits de l’homme.
Selon le site Internet Yazidina, la faction ” Faylaq Al Sham Al Islami” continue par des motifs religieux extrémistes de pratiquer ses violations répétées contre les civils yézidis dans le village de Basufan dans la campagne d’Afrin depuis qu’elle a pris d’assaut le village yézidis le 4 décembre.
En raison des pressions exercées sur la faction extrémiste par plusieurs pays et organisations internationales de défense des droits humains, la faction a relâché dix Yézidis kidnappés, après avoir d’abord nié les avoir kidnappés -selon la réponse initiale que la faction a envoyée aux instances internationals- mais le citoyen Ghazala Salamo est toujours kidnappé jusqu’à présent.
La faction a recommencé à pratiquer une autre violation en enregistrant un vidéo qu’elle n’avait pas encore publié dans laquelle les Kidnappés forces yézidis du village de Basufan ont été montrés. Dans ce video, les kidnappés fournient des témoignages forcés affirmant qu’ils n’avaient été soumis à aucune torture ou abus pendant leur enlèvement et que la raison de l’enlèvement n’était pas motivée par la religion.
La soi-disant ” Faylaq Al Sham Al Islami” est accusée de plusieurs violations dans le village de Basufan, où les membres de la faction avaient précédemment tiré sur un civil yézidi (Dilberin Arabo) et l’ont de nouveau attaqué lors une campagne de sécurité qui a recement eu lieu dans ce village.
La source a documenté que les Yézidis du village de Basufan ont été soumis à divers types de torture et de persécution, selon les témoignages qu’ils ont donnés à l équipe observatoir à Afrin.
La faction extrémiste a également détruit le dôme du sanctuaire «Sheikh Ali» dans le village de Basufan après y avoir jeté des ordures et en avoir volé le contenu en prétendant qu’ils allaient restaurer le sanctuaire.
La source a également appelé tous les pays concernés par la question syrienne, ainsi que les organisations de défense des droits de l’homme, à œuvrer pour mettre fin à la présence des militants appartenant à la soi-disant “armée nationale syrienne” dans la ville d’Afrin, pour avoir commis les crimes les plus horribles contre les civils kurdes en général et les Yézidis en particulierc omme le rapport de la Commission d’enquête internationale indépendante des Nations Unies avait précédemment évoqué ces violations. le rapport a montre a l’époque que des nombreux Yézidis ont été forcés de se convertir à l’islam par ces factions extremists
Organisation des droits de l’homme
Afrin – Syrie

Leave a Reply

Your email address will not be published.