Les gens, les pierres et les arbres n’ont pas été épargnés par les convois de criquets humains représentés par l’Armée nationale syrienne libre du ministère de la Défense dans le gouvernement intérimaire syrien – Libre – et la coalition nationale syrienne fidèle au gouvernement d’occupation turc

1 _ Le chef de la milice du sultan Murad, dénommé Araba Idris (neveu du général de division Salim Idris, ancien ministre de la Défense et chef d’état-major de l’Armée nationale syrienne libre), qui est basé dans le village d’Aaraf dans le district de Sharran, a rendu une décision concernant l’expulsion de toute personne arrêtée avec une quantité de Al-Hatab, en dehors du village des villages sous son contrôle (centre du district de Sharan – Khiribet Sharan – Koblak – Arafa – Juman – Big Qartqlaq – Small Qartqlaq – Matina Haloubeya – Gela – Kafroma) sachant que ses membres et colons sont sous sa protection depuis deux ans En éliminant plus de 75% des espaces verts entourant les villages susmentionnés, en coupant les forêts et les arbres fruitiers de leurs souches ou en mettant le feu délibérément devant les yeux des forces d’occupation turques sans aucune considération, mais avec la complicité et les encouragements de leur part afin d’appauvrir les Kurdes autochtones et de les faire pression de diverses manières. Les aspects économiques, psychologiques et sociaux sont basés sur leurs pratiques inhumaines sur le dicton du gouverneur turc: «Nous devons trouver les Kurdes marchant pieds nus à Afrin». Nous n’avons évoqué ces derniers jours que la coupe d’arbres forestiers (chênes _ pin). Par 60 personnes de l’Armée nationale syrienne libre et des colons utilisant des tronçonneuses électriques dans les montagnes entourant le village de Jubana dans le district de Jenderes, et ils l’ont vendu pour le bois de chauffage (Mont Afda Khaja _ Mont Esso), et d’autre part, ils ont délibérément mis le feu pour éliminer la richesse forestière sans Une évaluation des dommages environnementaux qui en résultent (la série d’incendies dans les montagnes de Hawar – les incendies de forêt entourant les villages de Hajj Hassanou et Ramadani – les incendies de forêt dans les montagnes et collines environnantes autour du barrage de Maidanaki – les forêts routières du village d’Umaru, Dikmdash et Dirswan – l’incendie de la forêt surplombant le village d’Afrazah et Khirbet Royetah ….).

2- Au cours de la semaine dernière, les éléments armés de la faction du Nord Liwa, qui contrôlent un certain nombre de villages dans le sous-district de Bulbul, ont abattu une centaine d’oliviers du champ sur la route principale menant au village de Za’rah, propriété du citoyen Muhammad Habib, connu sous le nom de famille de (Muhammad Jirjik) de Les habitants du centre du district de Bulbul et leur ont vendu du bois de chauffage à un magasin du quartier d’Achrafieh. Une cinquantaine d’oliviers appartenant au citoyen Manan Habib près du centre du district de Bulbul ont été abattus devant les forces d’occupation turques et la police civile et militaire, malgré l’objection de sa sœur au siège des voeux Et en présentant le document de l’agence publié par le conseil local sur le service des arbres, qu’il soit lié au labour, au ramassage, à la récolte, à empêcher les voleurs de voler et d’abattre des arbres.

3 _ Poursuivant la documentation que nous avons évoquée le 23/08/2020 [Les éléments armés de la Légion Sham qui contrôlent le village de Douarakli du sous-district de Sharran ont informé les habitants du village et son maire le lundi 17/08/2020 pour garantir les champs d’oliviers et les vignobles situés À l’est de la route principale, propriété des Kurdes indigènes du village, qui est estimée à environ 22-25 mille oliviers et plus de 30 vignobles pour le raisin, y compris les noyers et les amandiers à leur profit personnel, à l’insu du garant, et c’est un argument en vue de saisir et de piller des biens Et les récoltes du peuple].
Le vendredi 04/09/2020, les membres de la Légion fictive, après avoir prononcé le sermon et prié dans la mosquée du village, ont rendu nécessaire la saisie de la récolte d’olives (butin) et de ne donner au propriétaire de la propriété présente dans le village qu’une certaine somme d’argent en échange de la récolte, le montant estimé selon leurs estimations à la fois Imposer une redevance aux citoyens kurdes présents (le propriétaire) pour payer 2 $ pour chaque olivier (qui possède 100 arbres, il doit payer 200 $) en plus de ce qu’il supporte des frais de labour – récupération – les salaires des ouvriers. Avec un simple inventaire du compte de l’agriculteur, il est un perdant dans son champ face aux vagues de criquets humains. L’un des citoyens a obtenu une somme de 150 000 livres syriennes pour 160 oliviers dans l’un de ses champs.
Notez que les citoyens kurdes, jusqu’à aujourd’hui, ne savent pas qui sont les garants de leurs champs et quelles sont les sommes d’argent qui ont été convenues entre les membres de la milice de la Sham Legion, «l’Armée nationale syrienne libre», et les garants inconnus.
Et dans le cas où les citoyens kurdes rejettent leurs décisions, ils les menacent, les kidnappent et les accusent de traiter avec l’administration précédente, le service obligatoire et de collecter la rançon en échange de leur libération ultérieure ou de les remettre aux forces d’occupation turques.

Organisation des droits de l’homme à Afrin
09/06/2020

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *