Parmi les tâches des milices armées affiliées au Gouvernement intérimaire syrien libre et à la Coalition nationale syrienne, l ‘«Armée nationale syrienne libre».
1_ Vol et vol qualifié.
2_ Vol qualifié et vol à main armée.
3_ Trafic de personnes.
4_ Drogues.
5_ Prostitution.
6_ enlèvement.
7_ Meurtre.
Premièrement – Avec le début du mois de septembre de chaque année, le vol, le pillage et la saisie de la récolte d’olives commencent et ne s’arrêtent pas avant la fin de la saison à la fin du premier mois de la nouvelle année. Il y a une semaine, la machine de l ‘«Armée nationale syrienne libre» du gouvernement intérimaire syrien libre et de la Coalition nationale syrienne a commencé à accélérer le développement de plans d’octroi de subventions pour resserrer les vis sur le peuple kurde et voler ses olives, en plus de ce que les colons et les personnes déplacées ont volé dans les camps d’Azaz. De ce point de vue, les habitants des villages proches de la ville d’Azaz chassent les voleurs entre leurs champs et les expulsent alors qu’ils ne peuvent pas s’approcher des voleurs armés qui roulent dans des voitures et des véhicules militaires des factions armées (Tempête du Nord – Ahrar al-Sham – Front Levantin – Sultan Murad) qui contrôlent les villages voisins. Depuis la région d’Azaz (Qastal Jundu – Yazi Bagh – Dikmdash – Arab Wiran – Farkana – Umaru – Pavlon – Qatma – Kafarjana) et approuver le Qastal Jundu – Yazi Bagh – Dikmdash – route principale pour transporter les objets volés en toute confiance.
Tandis que les chefs des milices armées contrôlant les villages du sous-district de Bulbul (Suqur al-Shamal – Elite – Sultan Murad) se partagent les champs entre eux en secteurs.
Et la promesse de ne pas empiéter et voler de l’autre secteur (appelé Abu Talal, chef de la faction des Faucons du Nord, son secteur comprend les champs des habitants de chacun des villages suivants: Shekhorze – Bailan – Qastal Miqdad – la plaine du village de Qarata) et de même à d’autres dirigeants, ils s’emparent des champs des citoyens kurdes en Dans d’autres secteurs, ils tentent, depuis une semaine, de déployer leurs membres aux frontières des champs pour empêcher les citoyens kurdes de récolter les olives, ainsi que pour empêcher les colons voleurs de voler, notant que les citoyens kurdes des villages entourant le centre du district de Bulbul ont protesté plus d’une fois devant les autorités responsables et ont exprimé leur ressentiment à Les actions des voleurs de colons et les lois que les dirigeants de la soi-disant «Armée nationale syrienne libre» leur imposeront et leur voleront la sueur de leur front et travailleront tout au long de l’année. En revanche, il y a dix jours, les dirigeants de la légion fictive, Ahrar al-Sharqiya et du Hamzat, qui contrôlaient le district de Rajo, ont commencé à prendre des mesures et à se préparer.
Les travailleurs et les tracteurs nécessaires pour voler, voler et piller la saison, en coordination avec les responsables administratifs des organisations de secours, ainsi que le personnel de la police militaire et civile, qui se préoccupe de la poursuite des trafiquants d’êtres humains qui font la contrebande de l’EI et de la drogue, et au lieu de se diriger vers le maintien de la sécurité et de la stabilité.
Deuxièmement – Le jeune Furat Mahmoud Ibrahim, 26 ans (récemment marié depuis moins d’un mois), du village de Hassan Dera, dans le district de Bulbul, a été kidnappé le 29 mars 2018 par des miliciens armés au checkpoint du village de Taranda alors qu’il revenait d’un des villages de Sherawa dans le Jebel Liloun pour avoir servi Assayish obligatoire et l’emmener vers une destination inconnue sans connaître son sort à ce jour. L’un des citoyens précédemment enlevés a rapporté l’avoir vu dans la prison d’Al-Ra’i, puis dans la prison de Sajoo dans la ville d’Azaz, qui était dirigée par la faction Ahrar al-Sham.
Troisième – Le jeune Hawker Zakaria Ibrahim Sheikho a perdu sa mère, Zalloukh Muhammad Sheikho, 28 ans (marié et père de deux enfants) du village de Durakli dans le district de Sharran le 28/01/2018, après l’invasion turque d’Afrin et le début de la bataille dans la montagne Bersaya près de mon village (Yazi Bagh) Dikmdash) a passé huit jours et a envoyé un message à sa famille selon lequel il était en danger en raison d’une blessure. Et son sort est encore inconnu à ce jour. A noter qu’il a rejoint le service obligatoire le 01/12/2017 et a suivi le cours militaire d’une durée de 45 jours.
Organisation des droits de l’homme à Afrin 02/09/2020

Leave a Reply

Your email address will not be published.