Uncategorized

Des témoignages choquants de torture de Syriens dans des caves de prison sous la supervision des autorités turques

Des témoignages choquants de torture de Syriens dans des caves de prison sous la supervision des autorités turques

2 juillet 2020

Rapport: Norhat Hassan
Alan Omar, un jeune Kurde de vingt ans, a été arrêté et kidnappé comme beaucoup de ses semblables. Il a vu les fléaux dans les caves de Turquie à Kells et en Syrie.
Alan Omar (nom fictif), un Afrin de 23 ans, nous a raconté son histoire avec les occupants turcs et les factions affiliées à la Turquie, qui ont occupé Afrin début 2018 et y ont fait des ravages à ce jour.
Des histoires horribles se produisent dans les sous-sols de l’occupation turque dans la ville de Ra’i, dans le nord de la Syrie, en plus de la ville de Kilis, qui est devenue un centre de détention des Kurdes Afrin.
Omar dit qu’il a décidé de retourner dans son village le 20 mars 2018, soit deux jours après l’occupation. Au-dessus de ma maison. “
Il a également poursuivi: “Je me suis approché de la maison tranquillement et avec hésitation, et quand elle était complètement vide, je suis resté une semaine entière à la maison. J’ai des pensées diaboliques sur la possibilité de mon enlèvement aux mains de ceux qui n’ont pas de religion ou de croyance autre que des mercenaires, le vol et le meurtre, et au petit matin j’ai réglé mon opinion et décidé d’aller chez moi dans la ville d’Afrin Bien que la ville soit à 10 km de mon village, j’ai pris la route à pied. »
Omar a indiqué qu’il avait ouvert la porte de sa maison dans la ville d’Afrin et l’avait vue vide: «Même ses portes en bois ont été volées. Deux jours sont restés à la maison à regarder les mercenaires, comment font-ils la course avec des tracteurs volés et sur l’autoroute Autobahn Street et soudainement l’un d’eux a frappé à la porte avec un calme terrifiant, j’ai ouvert la porte et quelqu’un avec qui je lui avais demandé de sortir en garde à vue pour protéger sa ville, qui est de la composante chauve arabe, courte et grasse et a dit Où sont vos armes et stockez-les avec un rire malveillant, alors je lui ai parlé de toutes les armes dont vous parliez et la maison de celui qui a demandé n’a pas terminé la conversation avec moi et j’ai dit à l’un d’eux à l’extérieur: “Venez vite voir le chef de la maison.”
Remettez-le aux Turcs
Alan Omar a déclaré que 6 membres des mercenaires de l’armée de l’Est dirigés par Abu Yazan, un ancien officier du renseignement du régime, se sont précipités chez lui: “Il y avait aussi un certain nombre de policiers militaires derrière eux et parmi eux il y avait un mercenaire nommé Raed. Après la perquisition, ils m’ont emmené à leur quartier général et m’ont torturé jusqu’au matin puis Mon extradition vers les mercenaires du District Nord sur la rue Villat et leur quartier général à côté de “Abu Shadi Ice Cream”.
Omar a noté que la Brigade du Nord l’avait remis aux soldats turcs et a ajouté: «Le lendemain matin, Abu Abdo, qui est responsable de la Brigade du Nord, est venu et a dit:« Ils l’ont poussé et remis aux Turcs. »Ils m’ont emmené dans l’ancien bâtiment de Saraya, qui est devenu le quartier général des Turcs. Trois jours sont restés sous leurs coups et tortures avec des bâtons, des coups de pied avec les jambes et l’humiliation jusqu’à ce qu’ils nous sortent et nous transportent via des véhicules blindés vers le territoire turc, en particulier des limes. »
Une prison est comme le jour de la résurrection
Et à propos de la prison de Kells, dont les habitants d’Afrin ont beaucoup parlé, ce qui est un enfer pour eux, Alan Omar a déclaré: «La prison était comme le jour de Qiyam, chaque pièce mesurait 5 mètres sur 5, il y avait environ 100 personnes dans la prison, y compris les personnes âgées et les enfants des habitants d’Afrin et la plupart des charges. Il n’était pas valide, certains étaient inculpés de service obligatoire, et d’autres étaient libérés en échange d’argent de plus de 10 000 $ sans même une enquête. »
Prison de berger
“Après quatre jours de séjour dans du calcaire et je ne sais pas pourquoi j’ai été transféré dans du calcaire, ils m’ont transféré à la prison d’al-Ra`y dans le nord de la Syrie, qui est une prison notoire. Là-bas, l’histoire de la torture physique et psychologique contre moi et contre tous ceux qui y étaient emprisonnés commence.”

Alan Omar, parlant de la salle d’enquête de la prison d’Al-Raai, a ajouté: «Quant à la salle d’enquête, avant d’y entrer, les yeux sont bandés pour que vous ne voyiez pas la route et que vous ne reconnaissiez pas les enquêteurs. Des mercenaires des mercenaires du sultan Murad viennent vous voir pour la traduction. Quant à l’interrogateur, il est turc. À chaque instant, l’interrogateur me bat de toutes ses forces avec le «gros bâton». J’ai parfois l’impression que du sang sortait de ma tête comme une fontaine.
Il a également souligné: “L’interrogateur vous menace de la mort et du viol de vos sœurs et de votre mère et dit:” Nous vous interrogerons et si vous mentez avec une lettre, nous vous brûlerons. “Ce scénario s’est poursuivi avec moi pendant trois mois.”
Alan Omar a ajouté qu’il y avait environ 1 000 détenus kurdes d’Afrin dans cette grande prison, y compris des enfants âgés de 14 à 15 ans, dont 6 malades mentaux: “Je ne sais pas s’ils sont devenus ainsi sous la torture ou l’étaient-ils avant l’enlèvement”, Il a ajouté: “Les filles étaient torturées avec de l’électricité. Il y avait également une section pour la détention des filles kurdes. Ils nous ont violés la nuit, nous pouvions entendre des voix, ils voulaient nous insulter avec notre dignité. »

Outils de torture dans la prison d’Al-Ra`y
Alan Omar a fait référence aux outils de torture dans la prison d’Al-Ra’i et a déclaré: «La torture était l’utilisation de chocs électriques et d’électricité, en plus de remplir un baril d’eau et de vous y mettre et de le connecter à l’électricité, ils torturaient les filles en frappant leur corps avec des câbles électriques.»
Il a également ajouté: “Bien sûr, la torture était selon les caprices des mercenaires. Chaque fois qu’un mercenaire venait torturer une personne qui l’avait choisie et torturée, pendant ma torture, les mercenaires ouvraient une blessure à travers le scalpel sur mon dos et dans mes mains, et ils irradiaient un tournevis dedans et les battaient avec un marteau. De votre corps, la gravité de la douleur, en plus de cela, ils prenaient également des clous avec les autres détenus. »
Alan Omar nous a envoyé une photo de sa main lui montrant l’emplacement de sa blessure au scalpel mercenaire.

Qu’en est-il de la salle de détention et de la nourriture fournie?
Omar a ajouté un hadith au sujet de sa salle de détention: “Il y avait environ 90 personnes dans la pièce où j’étais et la pièce mesurait 6 mètres sur 8. Nous dormions à tour de rôle. Toutes les 45 personnes dormaient et les 45 autres restaient.”
Il a également parlé de manger dans cette prison, qu’il a toujours décrite comme terrifiante. Il a déclaré: “Chaque jour, manger était un plat de soupe aux lentilles, et un plat était pour 7 personnes, avec une miche de pain au four, ou une petite pomme de terre par personne avec du pain moisi.”
Un citoyen est décédé sous la torture dans la prison d’Al-Ra’i
Quand on parle de cette prison, les atrocités règnent dans l’esprit. Certes, l’occupation turque et ses factions y commettent des crimes, mais parce que les médias sont empêchés de travailler là-bas, ces crimes restent cachés et personne n’en parle.
C’est ce que le jeune Alan Omar a pu nous révéler, en confirmant qu’il avait été témoin du meurtre d’un Kurde âgé sous la torture dans les caves de la prison d’Al-Ra’i. Il a déclaré: «Dans la prison d’Al-Ra’i, un vieil homme kurde a été tué sous la torture dont le nom est Abd al-Rahman, je ne connais pas son surnom, il était Depuis 60 ans, j’en suis témoin. »
Libérez-le dans la prison du berger
Après que Alan Omar est resté dans la prison d’Al-Ra`y pendant trois mois sous la torture, les coups et les insultes, il a été libéré par les factions. Il dit: “Pourquoi ai-je été arrêté et relâché? Je ne sais pas!” Il a également ajouté: “Après la libération, j’ai passé plusieurs jours à chercher mon identité personnelle et je ne l’ai pas trouvée, Bien sûr, l’argent qui était avec moi et certains autres journaux l’ont oublié. »
le jour noir.
Dans l’autre partie de son histoire, Alan Omar raconte l’histoire de son enlèvement par la faction Légion du Levant le 17 juin 2018.
Omar a déclaré que l’ordre de son enlèvement est venu de la Légion de Sham, est venu par ordre du nom Abu Adi, qui était le commandant de la police militaire à l’époque. Il a ajouté: “Mes yeux avaient les yeux bandés et j’ai été emmené dans une maison. Je ne savais pas de quel village il s’agissait. Il y était encore kidnappé jusqu’au neuvième mois de 2018, tout au long de celui-ci. À l’époque, les mercenaires espéraient leur donner une rançon, mais cela ne s’est pas produit. »
Omar dit que j’ai été torturé au cours des deux premières semaines en attachant une corde épaisse et battu avec un câble électrique et un tournevis à marteau. Le tournevis a été utilisé pour me couper les mains, les pieds et le dos, et le marteau pour frapper le tournevis sur le site de la plaie.
Là, Omar a reconnu les gardes à domicile dans lesquels il a été kidnappé et il s’appelait Ahmed Yahya quand il avait 45 ans. Omar a ajouté: “Cette personne m’a offert 500 dollars pour m’évader de prison. Au début, je m’en fichais. Je pensais qu’il essayait de me voir s’il accepterait ou non, mais Il était sérieux. “
Il a également ajouté: «Le jour du neuvième mois de 2018, tous les dirigeants de la Légion du Levant sont allés à Idlib pour la réunion, le matin, cette personne est venue et m’a levé les menottes et m’a dit de fuir, mais vous devez payer 500 dollars, en effet j’ai couru dans la maison et mon père lui a payé 500 dollars “
Sortir d’Afrin
Cinq jours après son évasion, Alan Omar savait que s’il restait à Afrin, il serait de nouveau kidnappé, et a ajouté à la fin de son discours: “J’ai rencontré un passeur qui était nos voisins à Afrin, et m’a fait sortir des zones d’occupation turques pour 200 USD.”
Alan Omar a également envoyé des photos de membres de la Légion du Levant, qui l’ont kidnappé et torturé pendant l’enlèvement avec les noms

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *