Documenter 39 cas de détention à Afrin en mai 2020

8 juin 2020

Les groupes armés soutenus par la Turquie continuent de procéder à davantage d’arrestations et d’enlèvements de civils, avec une augmentation des taux de violence, de criminalité, d’arrestations et d’enlèvements dans la région d’Afrin et dans les zones générales contrôlées par les forces armées turques dans le nord de la Syrie.
Les forces turques et les groupes armés armés syriens soutenus par eux continuent de commettre de nouvelles violations et n’écoutent pas les appels à arrêter les raids quotidiens, à arrêter et kidnapper des citoyens pour obtenir une rançon, à empêcher leurs familles de savoir où ils sont détenus ou ses raisons, à rejeter leur offre de procès et à les empêcher d’engager un avocat.
La région d’Afrin a été témoin de l’arrestation de 39 personnes entre le 1er mai 2020 et la date du 31 du même mois. Nous avons pu documenter leurs noms, alors que le nombre réel est plus que cela, d’autant plus qu’il y a des noms dont les familles ont continué à les mentionner, en plus des cas d’arrestations que nous n’avons pas pu atteindre. À cela, ainsi que la documentation du meurtre de civils sous la torture et de multiples cas de violations, ainsi que la documentation de l’exposition de plus de 13 détenus à la torture et des décès enregistrés sous la torture.
Dans cette région, le pillage organisé quotidiennement est devenu courant, les saisies de maisons et de biens, la saison des olives, l’exploitation forestière et d’autres choses en plus des arrestations arbitraires quotidiennes, des enlèvements de personnes en otages en échange d’une rançon financière, des restrictions sur la population et le déclenchement du chaos des militaires et des dizaines de groupes terroristes, sont des politiciens turcs délibérés; Cependant, elle est menée entre les mains des “groupes armés syriens” sous le nom d ‘”Armée nationale syrienne” affiliée au gouvernement / coalition provisoire syrienne, tout cela se passe sous les yeux et la participation des forces turques.
Ces groupes sont dirigés par des agences de sécurité et militaires établies par la Turquie dans la région, et ils sont tous les deux le commandant de la police militaire à Afrin (lieutenant-colonel Muhammad Al Hammadin / Abu Riyadh) – l’ancien chef de police Rami Tlass a été renvoyé le 2 avril et réintégré plus tard – et le chef de la Branche de la sécurité politique à Afrin (Muhammad Raji), le commandant de la police civile à Afrin (Muhannad Al-Hussein), son adjoint (Amer Al-Muhammad) et les trois commandants légionnaires de l’armée nationale (Moataz Raslan), (Mahmoud Al-Baz), (Abu Ahmed Nour) et (Haitham Al-Afisi) en plus de dizaines de chefs de groupe La milice armée et les responsables des postes de contrôle, des villages et des quartiers, où la ville d’Afrin était divisée en plusieurs zones de contrôle distinctes, et chaque faction de la région de l’Imam Al-Nahi a ses propres prisons et ses propres lois.
Sheikh Iron District (Shih):
Les 4 et 5 mai, la milice de la «Brigade Waqas» a lancé une campagne de perquisition et d’assaut dans un certain nombre de maisons du village «Anqlih», au cours de laquelle elles ont arrêté 3 personnes: «Sheikho Abdin Ahmed (18 ans), Hanan Muhammad (47 ans) et son fils Alaeddin (16 ans)». . Des militants de la faction Suleiman Shah \ Al-Amshaat ont également saisi des dizaines de maisons civiles, expulsé leurs résidents et saisi des magasins, y compris des maisons appartenant à (Hussein Ismail Arab, Zakaria Arab, Hussein Qarash, Haji Khalil Sheikho, Zakaria Amin Haidar, Zakaria Naasan, Muhammad Mustafa, Izzat Kamal Ali Bakr) en raison de leur incapacité à payer les redevances imposées par la faction.
En revanche, 8 femmes sur près de 90 femmes arrêtées ont été libérées par les factions de l’armée nationale et les services de sécurité, où une amende a été payée pour leur libération: Amal Muhammad Nuri, Aisha Nuri Ali, Toulin Abdel Rahman Hassan, Nazlih Abdel Rahman Hassan, Salwa Hassan Mohamed, Rukan Khalil Mastou, Manal Nour El Din Rashid, Sherine Abdo Mohamed.
Il convient de noter que les services de sécurité à Afrin niaient avoir arrêté des femmes et que les détenus étaient détenus d’un an et demi à 6 mois.
Le 12 mai, des éléments de la faction Amashat ont saisi la maison de la personne âgée «Zalouh Battal Alo» (72 ans), l’épouse de (Hussein Battal Alo), qui a perdu la vie lors du bombardement turc de sa maison dans le village de Jagla Wasati le 16 mars 2018. La faction continue également Obliger les parents à payer des impôts sous des noms multiples et différents, de l’intelligence à la protection en passant par l’entretien et woo ..
Ma zone:
Le 5 mai, l’agence de «police militaire», accompagnée d’éléments armés de la faction Al-Hamzat, a lancé une campagne de recherche de maisons dans le village de Shorba, dans le quartier de Ma`tali, au cours de laquelle ils ont kidnappé 3 personnes: Rashid Muslim Omar, Hassan Ahmed Bayram (68), Idris Sidou Jaafar (45 ans).
Région de Gendris:
Le 11 mai, des éléments armés appartenant à la brigade Al-Waqas, qui opère au sein de l’armée nationale syrienne, ont fait une descente dans la maison du citoyen (Abdo Muhammad Hamrush, 51 ans) dans le village d’Ashkan Gharbi et l’ont arrêté après avoir fouillé la maison, et ses proches ont été priés de demander une rançon financière de 3000 dollars pour le libérer.
Le 12 mai, des membres de la police militaire ont fait irruption dans des maisons du village de Deir Ballut et kidnappé, lors des descentes au hasard des maisons, 5 personnes, dont: Jalal Bakir bin Rashad (47 ans), Abd al-Rahman Habash bin Khalil (53 ans), Muhammad Hassan Ibrahim (46) Général), Atil Muhammed Eido (39 ans) et le citoyen «Abdul Karim Al-Issa bin Abdul Razzaq (53 ans)» ont été abattus alors qu’ils tentaient de leur échapper pour éviter un enlèvement, et il n’y a pour l’instant aucune information à son sujet s’il a été abattu au cours de son évasion. Ou qu’il a été kidnappé après avoir été abattu.
Le 13 mai, la faction “Légion du Levant” a pris d’assaut le village une deuxième fois, et cette fois ils ont arrêté “Ibrahim Ezz Al-Din Haider (43 ans), Ahmed Ibrahim Hassan (61 ans), Hassan Ibrahim (54 ans) ..”
Date 18 La police militaire a arrêté le journaliste des médias Hammoud Al-Dimashqi à cause d’un “post” qu’il a écrit sur “Facebook”, commentant une photo diffusée par des militants syriens sur les réseaux sociaux, et a montré des éléments de la police militaire de l’armée nationale portant des uniformes militaires dans l’un de leurs quartiers généraux arborant le drapeau de la République turque, et après 3 jours De torture libérée (plus de détails ici)
Raju District:
Le 15 mai, des éléments du «général Muhammad al-Fateh» travaillant au sein de «l’armée nationale syrienne» ont lancé une campagne d’arrestation au hasard dans le village de Ma’amala Oshaghi, au cours de laquelle 8 personnes ont été arrêtées: (Kimawah Anwar Kurdi, «31 ans», Dusiar Anwar Kurdi, «30 ans», Muhammad Othman «24 ans», Damkash Osman Kuliku, «33 ans», Ahmed Othman Mohamed, «27 ans», Ahmed Waheed Mustafa, «24 ans», Hassan Jamil Hassan, «25 ans», Anwar Othman Hamkoulino, «40 ans».
25 mai Le vieil homme, Nazmi Rashid Akash, 73 ans, du village de Musako, a perdu la vie après avoir été agressé par des éleveurs de moutons affiliés à la division 9 dans son oliveraie.
Gril Afrin:
11 mai Un vieil homme d’Afrin («Refaat Sido» connu sous le nom de «Refaat Khosyono») a perdu la vie par la force après l’enlèvement de trois de ses fils et le vol de sa propriété par les éléments «Mohamed Al-Fateh», où les éléments de la faction ont saisi un document immobilier appartenant à Raafat, situé Près du stade Afrin, ainsi que la saisie de sa Verna, d’une Brix et d’une camionnette Hyundai. Les éléments de la faction ont également pris d’assaut son domicile le 04 avril 2020 et volé de grosses sommes d’argent, des bijoux en or et des avoirs dans sa maison. Ils ont également kidnappé deux de ses fils et petit-fils, qui sont: le petit-fils “Rifaat Sidou”, son père “Saif Al-Din Sido” (55 ans), et son frère Sharafan. Seydou, 25 ans, est porté disparu.
Le 19 mai, des sources locales ont informé que des membres de la faction “Muhammad al-Fateh” travaillant au sein de “l’Armée nationale pro-turque” ont dit à leurs familles qu’ils étaient prêts à libérer leurs 8 enfants en échange de paiements allant de 400 à 500 dollars à chaque personne kidnappée dans ses prisons.
Et la faction Muhammad al-Fateh, qui comprend des combattants “turkmènes” dans ses rangs, a lancé plusieurs campagnes le 14 janvier 2020, au cours desquelles les éléments de la faction ont kidnappé 10 personnes, dont 3 femmes, lors d’une descente dans des maisons du village de Korkan du district de Mapata dans la campagne d’Afrin.
Le 29 mai, des dizaines d’hommes armés de la Ghouta orientale au sein de la faction Ahrar al-Sham ont pris d’assaut le siège de la division Al-Hamzat dans la ville d’Afrin, sur fond de différends qui ont éclaté dans un magasin commercial qui s’est transformé en affrontement armé.Au sein du siège, une prison secrète a été trouvée à l’intérieur de 29 détenus, dont 11 femmes et un enfant d’un an. juste un. Des affrontements armés ont également tué 5 personnes, dont deux enfants et deux civils.
Le 30 mai, le jeune homme Hamza Seifu Saba (22 ans) a été arrêté de Hayyan alors qu’il se trouvait dans le quartier d’Achrafieh à Afrin.
Le 31 mai, des hommes armés de la police militaire ont pris d’assaut la maison du citoyen Silvana Abdel-Rahman Qara Gul (45 ans), du village du district de Satya / Mu’tabli, situé dans le quartier Ashrafieh de la ville d’Afrin. Après avoir fouillé sa maison, elle a été emmenée dans un lieu inconnu.

Leave a Reply

Your email address will not be published.