«L’Organisation des droits de l’homme dans la région d’Al-Jazeera» a révélé que plus de 1564 femmes sont victimes de violations dans les zones contrôlées par les forces armées turques et les groupes d’opposition syriens qui leur sont fidèles dans le nord de la Syrie.
L’organisation s’est appuyée sur les témoignages des victimes elles-mêmes, ou en contact avec elles, car l’organisation, qui est basée dans la ville de Qamishli / Qamishlo, a documenté que 40 femmes ont été tuées dans la ville d’Afrin, qui était contrôlée par les forces turques en mars 2018, et 128 blessées, en plus de 60 cas de viol qui ont conduit à 5 d’entre eux ont entraîné le suicide et près de 1 000 cas d’enlèvement et de disparition forcée.
L’organisation a également documenté que 8 femmes ont été tuées dans les villes de Tal Abyad / Kari Sbei et Ras Al-Ain / Sri Kani, et 48 femmes ont été soumises à diverses blessures, en plus de documenter le meurtre de deux femmes et les blessures de 4 autres dans des circonstances mystérieuses, sans parler de la présence de 6 cas d’enlèvement et de viol.
L’organisation a cité “Jihan Ahmed”, une femme déplacée de la ville de Sri Canet / Ras al-Ain, affirmant que les femmes sont soumises à beaucoup de harcèlement, de harcèlement, d’enlèvement et de viol par des membres de l ‘”Armée nationale syrienne” et que ces pratiques sont similaires à ce que l’EI a imposé à la population au moment de son contrôle. Sur la zone.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *