Quatre ans après l’accord signé entre l’Union européenne et la Turquie, ainsi que deux ans après l’occupation de la ville kurde d’Afrin par la Turquie.
l’association de la defense des peuples menacés a présenté un mémorandum sur la zone “ sûre ” d’Erdogan dans le nord de la Syrie aux gouvernements de l’Union européenne et des États-Unis.
Selon le rapport publié sur le site Web de l’association, le mémorandum de trente pages examine les conditions des régions occupées par la Turquie dans le nord de la Syrie, ainsi que les violations, les déplacements et les changements démographiques dont il est témoin.
Le rapport comprend une déclaration du Dr Kamal Sido, dans laquelle il dit que le président turc Erdogan veut réinstaller un million de réfugiés syriens contre leur volonté dans le nord de la Syrie, et que l’armée d’occupation turque et les milices islamistes extrémistes pratiquent une politique d’intimidation contre la population kurde, les chrétiens et les yézidis, qui a entraîné le déplacement d’environ un million et demi d’entre eux.
“Les violations des droits de l’homme et les attaques lancées par la Turquie n’ont jamais été discutées au Conseil de sécurité des Nations Unies ou à l’Assemblée générale des Nations Unies, bien que les analyses du droit international classent les attaques contre la région d’Afrin et la ville kurde syrienne de Ras al-Ain comme des violations et violations claires du droit international” a ajouté Sido qui a aussi appele la communauté internationale à annoncer sa position concernant les crimes de guerre commis par la Turquie dans les villes de Ras Al-Ain, Afrin et d’autres régions.
L’Association a terminé sa note par une série de demandes adressées aux gouvernements de l’Allemagne, de l’Union européenne et de l’Amérique, qui se sont concentrées sur les points suivants:

  1. L’Allemagne, l’Union européenne et les États-Unis ne devraient en aucun cas soutenir la politique de colonisation illégale du président turc dans le nord de la Syrie.
  2. La revendication de transparence de la Turquie concernant le soutien financier afin que cette aide puisse réellement atteindre les réfugiés de Syrie.
  3. Le gouvernement fédéral allemand et l’Union européenne devraient publier toutes les informations sur les exportations d’armes vers la Turquie.
  4. La communauté internationale doit exiger le retrait immédiat de l’armée d’occupation turque et mettre fin à son soutien aux milices extrémistes islamiques.
  5. Les Kurdes, les Yézidis, les Chrétiens et les Alevis déplacés doivent être renvoyés en toute sécurité dans les zones d’où ils ont été déplacés et avec une supervision et une assistance internationales.
  6. Les droits humains et minoritaires minimaux ainsi que les droits des femmes dans le nord de la Syrie doivent être garantis, et la communication avec l’autogestion contribuera à atteindre cet objectif.

Leave a Reply

Your email address will not be published.