Uncategorized

Un rapport médical révèle que la Turquie a utilise du phosphore interdit au niveau international contre les Kurdes dans le nord de la

Un rapport médical révèle que la Turquie a utilise du phosphore interdit au niveau international contre les Kurdes dans le nord de la Syrie

De nouveaux rapports médicaux ont révélé que la Turquie avait utilisé du phosphore interdit au niveau international contre les Kurdes dans le nord de la Syrie, lors dune offensive contre des villes de Tal Abyad et Ras al-Ain, à l’est de l’Euphrate.
Les rapports que nous joignons dans le cadre du rapport sont privés. Nous les avons obtenu de l’hôpital qui soigne l’une des victimes, Mohamed Hamida.
Muhammad, 13 ans, est né dans la ville de Kobani, à Alep, qui vivait avec sa mère dans le pays de Ras Al-Ain, et a subi de graves brûlures lors de l’attaque turque contre le nord-est de la Syrie l’année dernière. L’enfant Mohammed Hamida est retourné dans la région du Kurdistan en Iraque après des mois de traitement en France. Le gouvernement régional du Kurdistan l’avait envoyé pour traitement. il a subi 7 opérations après que son corps a été brûlé à la suite de l’attaque turque contre Ras Al-Ain le 10 octobre 2019.
La vidéo de l’enfant kurde, dont le corps a été brûlé au phosphore blanc, après que les forces turques ont bombardé la ville de Ras Al-Ain, dans le nord de la Syrie, a provoqué un large choc qui a résonné dans tout les entours du monde.
Les forces turques qui ont envahi le nord de la Syrie, lors de l’opération (Printemps de la paix), ont bombardé des civils de Ras al-Ain, et nos sources ont confirmé à l’époque que l’armée turque avait utilisé des munitions au phosphore blanc interdites sur le plan international, ce qui avait fait de nombreux blessés et morts, dont des enfants, et décrit les brûlures sur leur corps comme étant causées par Phosphore blanc utilisé par l’armée turque.
L’enfant Muhammad Hamid est apparu criant sa mère et son père, tandis que des brûlures de phosphore blanc couvraient tout son corps. les brulures avait ete de couleurs brulantes sombres.
L’enfant a été choqué par ce qui s’était passé en raison des graves brûlures qui se sont répandues sur tout son corps, et il n’a pas pu bouger ses bras, tout en criant «Mama, Mama, ca me fait mal» «Papa, Papa, j’ai brûlé.”
Les blessures horribles de Mohamed Hamid, 13 ans, ont indiqué qu ils avaient été causées par quelque chose de bien pire qu’une simple explosion.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *