2 février 2020
Lundi matin, un cadavre non identifié a été retrouvé jeté dans une zone boisée à «Jabal Hasa (Mercan)», dans le village de Mabatli à Afrin, avec des traces de torture.
Après l’autopsie du cadavre, on a été constaté que le corps appartenait à un civil qui a été kidnappé le 3 novembre 2019 alors qu’il rentrait chez lui dans le village d’Atmanli dans la campagne d’Afrin, son nom (Saeed Rashid Majeed). il a été kidnappé par un gang lié à la faction (Ahrar Al Charkia ) qui avait auparavant kidnappé des dizaines de citoyens pour obtenir une rançon financière, comme un nouveau moyen que les factions et les groupes armés soutenus par la Turquie utilisent pour se financer.
Les kidnapeurs ont contacté pendant deux mois les familles des kidnappes, lui demandant un demi-million de dollars pour le libérer, puis l’ont réduit à 100 000 dollars. En effet, les kidnappeurs ont reçu 20 000 dollars dans l’espoir d’améliorer ses conditions de détention et son état de santé, car il avait du mal à respirer.
Une source de la famille de la victime a révélé que les kidnappeurs avaient coupé le contact avec eux au cours des trois dernières semaines, jusqu’à ce que la famille a identifie son identité après la diffusion de ses photos sur le télégramme, puis elle ont reçu le corps du poste de police.
Outre ce crime, quatre autres cas de torture ont été documentés au cours des deux derniers jours dans les zones sous contrôle turc dans le nord de la Syrie.
À Afrin, le citoyen (Khaled Al-Muhammad) a été grièvement blessé par une blessure par balle dans la région (Sheikh Al-Hadid) du chef du (Ahrar Al Charkhia)-soutenu par la Turquie- «Abu Al-Qasim Shamiya» en raison de son retard à expulser ses moutons lors du passage de (Abu Qasim Shamiya) ) .

Leave a Reply

Your email address will not be published.