Le projet de changement démographique dans l’Afrin occupé et la construction de blocs de colonies figurent au premier rang des objectifs des autorités d’occupation turques et sont menés sous la supervision officielle turque, sur laquelle Ankara s’appuie pour perpétuer l’occupation en installant les militants de ses milices. et leurs familles, en plus de l’incubateur social de l’idéologie des Frères musulmans.

Qui est le responsable turc dans les coulisses du projet de changement démographique à Afrin occupé ?

Le projet de changement démographique dans l’Afrin occupé et la construction de blocs de colonies figurent au premier rang des objectifs des autorités d’occupation turques et sont menés sous la supervision officielle turque, sur laquelle Ankara s’appuie pour perpétuer l’occupation en installant les militants de ses milices. et leurs familles, en plus de l’incubateur social de l’idéologie des Frères musulmans.

Le plan d’action d’Erdogan

Le discours du président turc du 22 janvier 2018, troisième jour de l’agression contre Afrin, selon lequel 55% de la population d’Afrin sont des Arabes, environ 35% sont des Kurdes et le reste sont des Turkmènes, n’était pas seulement une déclaration exagérée pour intimider et justifier la guerre, mais était plutôt un programme d’action pour ce que la démographie conduirait dans la région où la proportion de Kurdes dépasse 95%. Les colons ont afflué dans les premiers jours de l’occupation, venant de plusieurs régions, notamment de la campagne de Damas et de la Ghouta orientale.

Le rapport publié par “Syrians for Truth and Justice Organization” le mercredi 8 juin 2022, intitulé “Communautés résidentielles” à Afrin : schémas d’ingénierie démographique ou projets pour loger les déplacés ?, fait la lumière sur les projets de logement menés par les autorités turques. autorités d’occupation et ses milices Sur le “Mont des Rêves”, qui fait partie d’un massif montagneux connu sous le nom de “Mont Lilon”.

Le gouverneur de Hatay est la référence du Conseil d’Afrin :

Le rapport indique que le gouverneur de l’État turc de Hatay, Rahmi Doğan, est l’un des responsables directs de la construction de ce « cluster », et qu’il a donné le feu vert à un certain nombre d’organisations humanitaires locales et internationales et au conseil local de Afrin, pour commencer à construire et à desservir le “rassemblement” au pied de la montagne, après avoir proposé à un groupe de milices, dirigé par le “Front syrien”, l’idée du projet sur les autorités turques.

Un travail a été fait pour trouver une formule juridique fictive pour saisir la terre en accordant au Conseil local d’Afrin, qui est affilié à l’occupation turque, après le contrôle militaire de toute la région le 18/03/2018, un document dont le nom a été diffusé comme un “document d’allocation” ; Et “Syrian” a appris qu’il est considéré comme “une preuve de propriété du bâtiment” sans le terrain, et cela a été fait avec l’approbation du gouverneur de Hatay “Dogan”.

Le 02/02/2019, le gouverneur turc, Rahmi Dogan, s’est rendu à Afrin et a rencontré des membres du conseil d’occupation local. Au début de la réunion, il a demandé les résultats du recensement de la population que le conseil est en train de mener. le chef du conseil, appelé Muhammad Haj Rashid, l’a informé des statistiques et l’a informé que le nombre de Kurdes dans l’ancien quartier d’Afrin Il s’élève maintenant à neuf mille, tandis que le nombre de colons a atteint dix mille. des quartiers, le recensement n’est pas encore terminé. Ce qui a rendu le gouverneur turc heureux, avec la nouvelle de la diminution du nombre de Kurdes dans la ville, et il n’a pas pu cacher son bonheur et a ri de joie. Avant la réunion, le chef adjoint du conseil a demandé aux membres du conseil de ne pas soulever les violations commises par les milices islamiques contre le peuple d’Afrin.

Le 19/6/2019, le gouverneur de Hatay “Rahmi Dogan” a effectué une visite d’inspection dans l’Afrin occupé, qui comprenait le centre de la ville d’Afrin et les centres des districts de Rajo, Bulbul, Sharan et Jindires. Fin 2020, Al-Furat Trading and Contracting Company a élaboré le plan d’ingénierie et mené une étude de terrain pour le projet à la demande du conseil local d’Afrin sur la base des instructions du gouverneur (Wali Hatay Rahmi Dogan). divisé en trois blocs résidentiels et comprenant deux écoles, deux mosquées, un poste médical, un poste de police, six jardins et plusieurs puits d’eau, ainsi qu’un réservoir d’eau principal.

Il a également rendu visite au gouverneur, accompagné du ministre turc de l’Intérieur, Suleiman Soylu, le 20/7/2021.

Le parrain du projet d’implantation se coordonne avec le gouverneur

Le rapport indique que Muhannad al-Khalaf (Abou Ahmad Nour), le chef de la milice du « Front syrien », a adopté le projet de colonie dans la « Montagne des rêves », dans le but de loger des colons d’autres régions syriennes, principalement des combattants de la milice, en particulier ceux des gouvernorats de Damas et de sa campagne, Daraa, Homs, Hama et la région de l’Est. Le projet a été bien accueilli par les chefs de milice.

Le soi-disant « Muhannad al-Khalaf », le chef de la milice du « Front syrien », a rencontré le gouverneur turc au début de 2020, et on lui a présenté un projet de construction de maisons à Jabal al-Alam. Plus tard, lorsque de nouvelles réunions ont eu lieu entre les milices d’occupation et les autorités d’occupation, et la mise en place d’un comité pour répondre aux doléances, et le problème de la saisie des maisons des habitants d’Afrin, appelés Al-Khalaf, a été soulevé.

La source a confirmé que tous les ordres émis par le gouverneur concernant la « Montagne des rêves » étaient oraux, et il semble qu’ils aient été portés à la connaissance des autorités supérieures du gouvernement turc.

« Syriens pour la Vérité et la Justice » a contacté une personne qui assistait aux réunions organisées par les soi-disant « Khalaf », et a caché son nom pour des raisons de sécurité, et il a déclaré dans son témoignage : « En novembre 2020, Abou Ahmed Nour, le chef de “Al-Shamiya” a appelé à la réunion qui s’est tenue dans la ville d’Afrin et leur a dit qu’un vaste territoire tombe sous l’influence du “Front syrien” et peut accueillir la construction de maisons pour tous les combattants de la milice à Afrin, même civils.

Le témoin a poursuivi : « Le soi-disant « al-Khalaf » a déclaré : Le projet se heurte à des obstacles et nous devons coopérer ensemble pour y parvenir, dont le plus important est l’obtention d’un permis de construire du « Conseil local d’Afrin ».

La source est le site d’information Afrin Post

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *